Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

L'homme qui va couper les banques européennes en deux

Le gouverneur Liikanen étonne et détonne. Challenges a rencontré le gouverneur de la banque centrale finlandaise.

On ne parle que de cela. Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Europe: couper les banques en deux ou... presque. Chaque fois, un homme incarne la volonté de réforme: l'Américain Paul Volcker, le Britannique John Vickers et le Finlandais Erkki Liikanen. Ce dernier, gouverneur de la banque centrale de Finlande, a fait plancher un groupe d'experts "de haut niveau" - dont un Français, Louis Gallois - sur les moyens de réformer le système bancaire européen. Son rapport, publié en octobre 2012, qui recommande de cantonner dans une filiale les activités "spéculatives" des banques, a fait grand bruit dans le landerneau financier. Qualifié de "génial" par Karine Berger, rapporteure de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires, actuellement en discussion, le "rapport Liikanen" est devenu une référence en France.

Erkki Liikanen, 63 ans, mèche blonde et regard bleu perspicace derrière ses lunettes métalliques, était invité le 31 janvier comme guest star à la 11e conférence des services financiers européens à Bruxelles, organisée par le Forum Europe. Avant le déjeuner, une coupe de champagne à la main, il sourit lorsqu'on lui dit qu'il est presque devenu une star à Paris, et demande: "Vraiment? Mon nom est-il bien écrit dans les journaux? Oui? Fantastique, les noms finlandais sont si compliqués."

A Bruxelles, personne ne fait plus de faute depuis bien longtemps, puisque l'homme y est connu comme le loup blanc. Député finlandais à 21 ans, il devient ministre des Finances puis commissaire européen pendant dix ans, premier Finlandais à exercer cette fonction. Aujourd'hui, "Governor Liikanen", comme l'appelle l'assistance avec déférence, est aussi président de la Croix-Rouge finlandaise. Pourquoi donc? Il porte la main à son front puis à sa poitrine et murmure: "La tête et le coeur" et poursuit: "C'est important, cela me permet de rester en contact avec les problèmes des gens. Vous comprenez? Il y a aussi la Syrie et le Mali." Affable, plutôt petit mais parlant d'une voix forte et assurée, s'exprimant très bien en français, ce gouverneur-là est étonnant. Il avoue ainsi n'avoir pas les yeux toujours rivés sur les courbes d'inflation, les taux d'intérêt et les agrégats monétaires! Au Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, où Liikanen siège, il se garde bien toutefois de bouder ces sujets.

Fin politique

Pour l'instant, les banquiers se moquent sans doute des considérations "humanistes" d'Erkki Liikanen comme de leur premier chéquier. Ils ne s'intéressent qu'aux recommandations de son rapport. L'homme, fin politique expérimenté, savait bien qu'il traitait d'un sujet ultrasensible, il a donc tenté de ménager la chèvre et le chou. Les banquiers français se sont, par exemple, tout de suite félicités qu'il affirme la validité du modèle de banque universelle. Certes, pour Liikanen, il ne faut pas couper les banques en deux. Mais ils ont vite déchanté. Car, selon le rapport, il faut tout de même isoler les activités de marché hautement risquées de celles de banque de détail dans une filiale, correctement capitalisée, et ne pouvant faire appel, en cas de difficultés, à la garantie portant sur les dépôts. "D'une certaine façon, l'idée de cette séparation est désormais acquise, estime-t-il. Où faut-il mettre la frontière? C'est la question qui doit être débattue." Michel Barnier, commissaire européen au Marché intérieur, avait indiqué en ouvrant la conférence qu'il ferait des propositions en août sur la base du rapport Liikanen après avoir fait des études d'impact. Mais la Commission européenne doit être renouvelée en 2014, et il se dit dans ses couloirs à Bruxelles qu'un projet qui ne serait pas mis en chantier au printemps aurait de fortes chances d'être renvoyé aux calendes grecques, au moins à l'horizon 2015. Un risque que Governor Liikanen préfère ne pas envisager. "Michel Barnier m'a donné l'indépendance pour conduire mes travaux, c'est déjà très important, rappelle-t-il. Les Etats-Unis ont leur propre réglementation, la Grande-Bretagne a la sienne. Nous avons travaillé pour 27 pays, j'espère que nous parviendrons à une harmonie européenne."

Idées novatrices

Si toutes les propositions contenues dans le rapport de 137 pages étaient retenues, la façon dont sont payés les banquiers, autre sujet ultrasensible, serait aussi modifiée. Il propose en effet qu'une partie des rémunérations variables soit versée sous forme d'obligations bail-in, que le régulateur pourrait tout simplement effacer en cas de difficultés de la banque! Le document rédigé par les experts réunis par Erkki Liikanen fourmille ainsi d'idées novatrices qui mériteraient d'être étudiées de près. Le governor l'a dédicacé à Karine Berger, qui l'a auditionné récemment. "Je suis prêt à dédicacer ce rapport à toute personne qui aura eu le courage de le lire en entier", dit-il en souriant encore une fois. A bon entendeur, salut!

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...