Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

POINTS DE VUE ET PERSPECTIVES

Rating Victims Didn’t Know S&P’s Toxic AAA Born of Greed

When Charles O. Prince III was chief executive officer of Citigroup Inc. from 2003 to 2007, he didn’t know about a surge in mortgage risk that his own investment bankers loaded on to its bank’s books.

Because such debt carried top credit ratings from firms such as Standard & Poor’s, few financial executives paid attention to the potential dangers.

“If someone had elevated to my level that we were putting, on a $2 trillion balance sheet, $40 billion of AAA rated, zero risk paper, that would not in any way have excited my attention,” Prince told the Financial Crisis Inquiry Commission, according to a transcript of his testimony released in 2011.

Mortgage securities granted top grades started souring in 2007, leading to ballooning losses. Citigroup required a $45 billion federal rescue, the largest of the bank bailouts that put taxpayer money at risk. The Justice Department sued New York-based S&P and parent McGraw-Hill Cos. last week over the damage caused by the practices allegedly behind the inflated rankings that contributed to the biggest financial crisis since the Great Depression.

Some of the biggest losers were banks, including Citigroup and Bank of America Corp., which created and purchased collateralized debt obligations. Many of these investments -- created by packaging mortgage-backed bonds, derivatives and other CDOs and dividing them into new securities with varying degrees of risk -- imploded within a year after they were sold, even though they had pristine credit ratings.

Buffett’s Bank

Smaller financial institutions were also ruined by mortgage-backed debt. Western Federal Corporate Credit Union failed after its executives employed an improperly “aggressive investment strategy” that had no limits on highly rated mortgage bonds, according to a regulatory report on its collapse.

Even Warren Buffett was affected. The Justice Department case identified Buffalo, New York-based M&T Bank Corp., whose shareholders include Buffett’s Berkshire Hathaway Inc., as one of the buyers of failed CDOs. Berkshire of Omaha, Nebraska, is also the biggest shareholder of Moody’s Corp., owner of the second-largest ratings firm after S&P.

S&L Law

The world’s leading financial institutions suffered more than $2.1 trillion of writedowns and losses after soaring U.S. mortgage defaults caused the credit crunch.

In the complaint filed Feb. 4 in U.S. District Court in Los Angeles, the Justice Department is invoking a law created in response to the savings-and-loan crisis of the 1980s that was designed to offer easier victories when damage has been done to institutions with federally insured deposits.

Success is “far from clear,” Jeffrey Manns, an associate professor at George Washington University Law School, said Feb. 7 in a telephone interview. S&P may argue it believed in its ratings or the statute doesn’t apply to the case.

“We start with proposition that we deny there was any fraud,” Floyd Abrams, the Cahill Gordon & Reindel LLP lawyer for S&P who represented the New York Times in the 1971 Pentagon Papers case, said in a telephone interview on Feb. 7. Fraud claims have “a high burden of proof,” he said.

Ed Sweeney, a spokesman at S&P, declined further comment.

Shares Slide

McGraw-Hill’s market capitalization, which reached a five- year high of $16.2 billion at the start of the month, has plunged since the company said it anticipated the lawsuit would be filed, reaching $11.9 billion at the end of last week.

The company’s stock price declined 27 percent in the five- day period ended Feb. 8 to $42.67, the biggest weekly drop in data compiled by Bloomberg going back to August 1980. The yield on its 2017 bonds leapt 69 basis points to 2.69 percent. The cost of insuring its debt against non-payment through five-year credit-default swaps jumped 135 basis points to 225.5 basis points, according to data provider CMA. McGraw-Hill owns CMA, which compiles prices quoted by dealers in the private market.

Citigroup underwrote at least eight of the 12 CDOs from 2007 named in the government’s complaint for which it’s listed as a victim. That included Bonifacius, an issue among the last of its type named for a general called the “last of the Romans” by historian Edward Gibbon because he fought and died for a fading empire.

Prince, who was forced out over New York-based Citigroup’s mortgage losses, didn’t return an e-mail last week.

Different Departments

Charlotte, North Carolina-based Bank of America, the second-largest U.S. lender by assets, hired S&P to grade two of the three CDOs for which it’s named as a victim, including one overseen by Bear Stearns Cos.’s Ralph Cioffi, the manager of two hedge funds whose collapse in June 2007 signaled the end of the boom in mortgage-tied CDOs. Bear Stearns collapsed in 2008 and was bought by JPMorgan Chase & Co., the largest U.S. bank, with assistance from the Federal Reserve.

Underwriters of CDOs typically signed off on the contents of the deals and the nature of disclosures regarding their risk. Pressure from such firms pushed S&P to weaken its standards and to put off changes in ratings methods that could have made it tougher to receive top rankings, the Justice Department said.

Even though the Justice Department lawsuit relies on examples where the same banks sold and bought their own toxic securities, saying they were harmed by S&P “isn’t a totally ridiculous assertion,” said Bert Ely, an Alexandria, Virginia- based bank consultant.

Big Organizations

“One of the things you’ve got to realize about large financial institutions is that they’re big organizations, they’ve got lots of different departments,” he said in a telephone interview. “So the left thumb doesn’t know what the right finger is doing, much less the right big toe.”

While no bank or regulator should have had a “blind reliance on ratings,” the correct, lower grades might have prevented risks from building, Thomas Stanton, a former senior staff member at the financial crisis commission, or FCIC, said Feb. 7 in a telephone interview.

“If we were in an era where rating agencies were simply incompetent and the investors failed to do due diligence, that’s one thing,” said Stanton, a Washington attorney and fellow at Johns Hopkins University’s Center for the Study of American Government. “But what seems to be coming out is a potentially higher level of culpability at S&P.”

Federal Allegations

Federal prosecutors allege that S&P didn’t adjust its analytical models or take other steps it knew were necessary to reflect the risks of the securities. The claims are tied to whether the company accurately represented the care it took in providing credit grades and avoiding conflicts, not how incorrect its ratings later proved. E-mails and other internal documents show executives were concerned that tougher standards would cause issuers to take their business elsewhere.

High ratings were critical to encouraging banks to invest in mortgage securities, Chris Whalen, executive vice president at Carrington Investment Services LLC, said Feb. 7 in a telephone interview.

“A bank could not have bought the securities but for the rating” said Whalen, a former managing director at Institutional Risk Analytics, which evaluates banks for investors. That’s because their capital rules “were totally ratings driven.”

Credit Unions

Western Corporate Federal Credit Union, or WesCorp, was seized by its regulator in 2009 after almost $7 billion in losses from investments in mortgage bonds with AAA or AA ratings.

Like other so-called corporate credit unions that provide services to credit unions that deal with consumers, it was “only allowed to invest in highly rated securities,” according to a regulatory report on its failure.

While the Justice Department called San Dimas, California- based WesCorp a victim of S&P, the National Credit Union Administration said in 2010 in a lawsuit against 15 of its former directors and officers that they had been “grossly negligent” in overseeing the bank. There had also been improper payments from certain executive retention plans, according to the lawsuit filed in federal court in Los Angeles.

Robert A. Siravo, its former CEO, agreed to pay $600,000 and was banned from working at credit unions to settle NCUA claims, the regulator said in October. He didn’t admit liability or fault.

Other Victims

Credit unions now pay special assessments to cover the losses on failures of institutions including WesCorp. Those costs may translate to lower savings rates to consumers.

Other victims named by the Justice Department included Eastern Financial Florida Credit Union, which was created for Eastern Airline Transport Co. employees and their family members in 1937 and failed in 2009. Also identified were units of M&T Bank, the lender that repaid more than $700 million in Troubled Asset Relief Program, or TARP, funds in 2011, and Chicago-area First Midwest Bancorp Inc.

The Financial Institutions Reform, Recovery, and Enforcement Act of 1989 that the Justice Department is using to sue S&P stemmed from the savings-and-loan crisis of the 1980s, when the failure of about 750 thrifts cost taxpayers almost $90 billion.

“Firrea was the Dodd-Frank of its day,” Cliff Rossi, executive-in-residence at the University of Maryland’s Robert H. Smith School of Business, said Feb. 7 in a telephone interview, referring to the financial-overhaul law enacted in 2010.

Tougher Enforcement

Because Citigroup and Bank of America created some of the CDOs, Rossi said he “found it a little surprising they would try to come at it like these were some unfortunately aggrieved institutions.” Still, the history of why Firrea included tougher enforcement powers reflected the view at the time that thrift executives had often worked with other parties to put their own firms and, ultimately, taxpayers at risk, he said.

“A lot of what happened had had nothing to do with looking after the best interest of shareholders and instead about looking after the best interest of senior executives,” Rossi said.

The FCIC, which was created by Congress with a 10-member bipartisan board in 2009, said in its final report that Citigroup’s “willingness to use” its bank “to support the CDO business had the desired effect” of boosting it from the 14th ranked underwriter in 2003 to second place in 2007.

Bubble Bursts

In a 2008 letter to Vikram Pandit, Prince’s successor, the Federal Reserve Bank of New York criticized how Citigroup offered its various units “largely unchallenged access to the balance sheet to pursue revenue growth.” Pandit was ousted in October by Citigroup directors.

In turn, “what was good for Citigroup’s investment bank was also lucrative for its investment bankers,” the FCIC said. The co-heads of its global CDO business each made about $6 million in 2006, while a co-CEO of the investment bank earned more than $34 million in salary and bonus.

Taxpayers were forced to offer the bank the $45 billion bailout, later repaid, as part of the $700 billion TARP.

“I know it sounds like the bank robber who gets held up by someone else,” said Ely, the banking consultant. “But bad guys can still be victims of a crime.”

The case is U.S. v. McGraw-Hill, 13-00779, U.S. District Court, Central District of California (Los Angeles).

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Gaël Giraud: "La réforme financière a été rédigée sous la dictée des grands banquiers"

L'économiste et jésuite Gaël Giraud, auteur d'Illusion financière (Ed. de l'Atelier), vient de publier une note très critique sur le projet de réforme bancaire, qui sera examiné par le Parlement à partir du 12 février prochain. Il revient sur les derniers amendements déposés et sur les motifs de sa déception.

Quels griefs faites-vous au projet de réforme bancaire présenté par le gouvernement?

Ce projet n'est pas du tout ce que prétendent ses promoteurs. Ils affirment qu'il s'agit de séparer les activités utiles à l'économie des activités inutiles, et de sécuriser les dépôts des Français. Or, si l'on regarde de près, on constate qu'aucun de ces deux objectifs n'est rempli. En fait, il s'agit d'un projet qui non seulement consacre le statu quo s'agissant de la séparation, mais qui en plus, déploie un filet de sécurité supplémentaire pour les banques, qui, en cas de malheur, risquent d'être à nouveau renflouées par le contribuable !

Pourquoi dites-vous qu'il n'y a pas de séparation des activités?

Le gouvernement lui-même a fini par le reconnaître. Bercy explique qu'aucun autre projet dans le monde n'opère de véritable séparation. Et c'est vrai qu'hormis le dispositif américain dit " Volcker " - mais ce dernier est inapplicable, car reposant sur des milliers de pages définissant les modalités d'application - les autres projets (Commission Vickers au Royaume-Uni, rapport Liikanen au niveau européen) mettent davantage en oeuvre une forme de filialisation des activités dites spéculatives. On peut donc comprendre - même si ce n'est pas la solution idéale - que le gouvernement, par pragmatisme, se range à cette solution. Mais le projet français ne va même pas jusque-là, puisque, comme l'a reconnu Frédéric Oudéa, le patron de la Société générale, seules 0,75 % des activités de marché de cette banque seraient filialisées. Et les chiffres sont à peine plus élevés pour les autres établissements français. Autant dire que c'est extrêmement marginal.

Comment se fait-il que cette proportion soit si faible?

Tout simplement parce que, dans tous les domaines, le projet de loi introduit des exceptions qui le vident de son contenu. Prenons l'exemple du trading haute fréquence: il est interdit, sauf dans certains cas spécifiques définis par la loi, qui en fait représentent la grande majorité du trading haute fréquence réalisé effectivement par les banques. Et tout est comme ça! En fait, pour reprendre l'expression de Jérôme Cazes, l'ancien directeur de la Coface, c'est comme si on interdisait aux bateaux de circuler sur les trottoirs. Ca ne mange pas de pain, mais ça ne sert pas à grand-chose non plus...

Certains suggèrent que les activités dites de " tenue de marché " soient filialisées. Qu'en pensez-vous?

Ce serait en effet le minimum, car ces activités, censées être destinées aux clients, intègrent en fait en grande partie des activités de nature spéculative, pour le compte propre des banques.

N'est-ce pas le sens des amendements adoptés mercredi soir en Commission des finances?

Oui et non. Je vois principalement deux amendements importants, défendus respectivement par Laurent Baumel et Karine Berger. Le premier veut que la tenue de marché soit définie de manière plus stricte, afin qu'elle ne recouvre pas d'activités spéculatives. Mais, dans la pratique, il est impossible pour le régulateur de faire véritablement la distinction entre les deux. Le plus simple serait en fait de filialiser purement et simplement la tenue de marché.

Et l'amendement défendu par Karine Berger?

Elle souhaite que la tenue de marché soit filialisée au-delà d'un certain seuil. Le problème, ici, c'est qu'elle propose que le seuil soit laissé à l'appréciation de Bercy. A mon sens, il serait plus pertinent que ce seuil soit fixé dans le cadre du débat parlementaire.

Vous regrettez aussi que rien ne soit prévu en matière de cantonnement...

Absolument. Cela ne sert à rien de filialiser, si on ne cantonne pas la filiale, c'est-à-dire si l'on ne s'assure pas qu'il y ait une limite stricte au secours financier que pourra apporter la maison-mère à la filiale en cas de problème. Or la loi ne le prévoit pas explicitement.

Vous pointez aussi les insuffisances du second pilier du projet, qui concerne les questions dites de résolution bancaire...

Cela va plus loin que de simples insuffisances. Ce qui est prévu par le gouvernement est très grave. En cas de faillite d'une banque, le gouverneur de la banque de France et le directeur du Trésor disposent de la majorité absolue pour décider comment et par qui elle sera renflouée. Le projet de loi délègue donc entièrement à ces deux personnes la faculté de disposer des deniers publics en la matière. Sachant que les actifs des quatre premières banques françaises représentent trois fois le PIB de notre pays, c'est tout de même loin d'être anodin. Quand on sait par ailleurs que la Banque de France est le principal créancier des banques privées, on peut suspecter que ce sera à nouveau au contribuable de mettre la main au porte-monnaie... Par ailleurs, le risque n'est pas que théorique, car les faillites bancaires continuent en Europe. La semaine dernière encore, les Pays-Bas ont dû nationaliser le quatrième établissement financier du pays...toujours aux frais du contribuable !

Que suggérez-vous pour améliorer le projet de loi ?

Si j'étais parlementaire, je demanderais que l'on se mette au moins au niveau du rapport Liikanen, c'est-à-dire : que l'on interdise complètement le trading haute fréquence, que l'on filialise l'activité de tenue de marché, que l'on institue un véritable cantonnement opérationnel des activités filialisées, et enfin que l'on interdise à la maison-mère les prêts aux hedge funds...

Comment expliquez-vous la timidité du gouvernement dans ce dossier ?

C'est un projet qui a été rédigé sous la dictée des grands banquiers français. Il y a une collusion d'intérêt évidente entre le Trésor, Bercy et les banques. Et ce pour une raison qui tient de la sociologie de l'administration : autour de 45 ans, les hauts fonctionnaires brillants voient généralement leur carrière stagner. Pour progresser, il faut donc qu'ils aillent pantoufler dans le privé, et, dans les banques, ils peuvent multiplier leur salaire par dix, voire par cent. Il est très difficile de résister... Face à cela, le gouvernement est très mal à l'aise, car il a face à lui toute la haute fonction publique. Il faudrait une volonté politique très forte de l'Elysée pour infléchir les choses. Pour l'instant, je ne vois rien venir...

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

L'homme qui va couper les banques européennes en deux

Le gouverneur Liikanen étonne et détonne. Challenges a rencontré le gouverneur de la banque centrale finlandaise.

On ne parle que de cela. Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Europe: couper les banques en deux ou... presque. Chaque fois, un homme incarne la volonté de réforme: l'Américain Paul Volcker, le Britannique John Vickers et le Finlandais Erkki Liikanen. Ce dernier, gouverneur de la banque centrale de Finlande, a fait plancher un groupe d'experts "de haut niveau" - dont un Français, Louis Gallois - sur les moyens de réformer le système bancaire européen. Son rapport, publié en octobre 2012, qui recommande de cantonner dans une filiale les activités "spéculatives" des banques, a fait grand bruit dans le landerneau financier. Qualifié de "génial" par Karine Berger, rapporteure de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires, actuellement en discussion, le "rapport Liikanen" est devenu une référence en France.

Erkki Liikanen, 63 ans, mèche blonde et regard bleu perspicace derrière ses lunettes métalliques, était invité le 31 janvier comme guest star à la 11e conférence des services financiers européens à Bruxelles, organisée par le Forum Europe. Avant le déjeuner, une coupe de champagne à la main, il sourit lorsqu'on lui dit qu'il est presque devenu une star à Paris, et demande: "Vraiment? Mon nom est-il bien écrit dans les journaux? Oui? Fantastique, les noms finlandais sont si compliqués."

A Bruxelles, personne ne fait plus de faute depuis bien longtemps, puisque l'homme y est connu comme le loup blanc. Député finlandais à 21 ans, il devient ministre des Finances puis commissaire européen pendant dix ans, premier Finlandais à exercer cette fonction. Aujourd'hui, "Governor Liikanen", comme l'appelle l'assistance avec déférence, est aussi président de la Croix-Rouge finlandaise. Pourquoi donc? Il porte la main à son front puis à sa poitrine et murmure: "La tête et le coeur" et poursuit: "C'est important, cela me permet de rester en contact avec les problèmes des gens. Vous comprenez? Il y a aussi la Syrie et le Mali." Affable, plutôt petit mais parlant d'une voix forte et assurée, s'exprimant très bien en français, ce gouverneur-là est étonnant. Il avoue ainsi n'avoir pas les yeux toujours rivés sur les courbes d'inflation, les taux d'intérêt et les agrégats monétaires! Au Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, où Liikanen siège, il se garde bien toutefois de bouder ces sujets.

Fin politique

Pour l'instant, les banquiers se moquent sans doute des considérations "humanistes" d'Erkki Liikanen comme de leur premier chéquier. Ils ne s'intéressent qu'aux recommandations de son rapport. L'homme, fin politique expérimenté, savait bien qu'il traitait d'un sujet ultrasensible, il a donc tenté de ménager la chèvre et le chou. Les banquiers français se sont, par exemple, tout de suite félicités qu'il affirme la validité du modèle de banque universelle. Certes, pour Liikanen, il ne faut pas couper les banques en deux. Mais ils ont vite déchanté. Car, selon le rapport, il faut tout de même isoler les activités de marché hautement risquées de celles de banque de détail dans une filiale, correctement capitalisée, et ne pouvant faire appel, en cas de difficultés, à la garantie portant sur les dépôts. "D'une certaine façon, l'idée de cette séparation est désormais acquise, estime-t-il. Où faut-il mettre la frontière? C'est la question qui doit être débattue." Michel Barnier, commissaire européen au Marché intérieur, avait indiqué en ouvrant la conférence qu'il ferait des propositions en août sur la base du rapport Liikanen après avoir fait des études d'impact. Mais la Commission européenne doit être renouvelée en 2014, et il se dit dans ses couloirs à Bruxelles qu'un projet qui ne serait pas mis en chantier au printemps aurait de fortes chances d'être renvoyé aux calendes grecques, au moins à l'horizon 2015. Un risque que Governor Liikanen préfère ne pas envisager. "Michel Barnier m'a donné l'indépendance pour conduire mes travaux, c'est déjà très important, rappelle-t-il. Les Etats-Unis ont leur propre réglementation, la Grande-Bretagne a la sienne. Nous avons travaillé pour 27 pays, j'espère que nous parviendrons à une harmonie européenne."

Idées novatrices

Si toutes les propositions contenues dans le rapport de 137 pages étaient retenues, la façon dont sont payés les banquiers, autre sujet ultrasensible, serait aussi modifiée. Il propose en effet qu'une partie des rémunérations variables soit versée sous forme d'obligations bail-in, que le régulateur pourrait tout simplement effacer en cas de difficultés de la banque! Le document rédigé par les experts réunis par Erkki Liikanen fourmille ainsi d'idées novatrices qui mériteraient d'être étudiées de près. Le governor l'a dédicacé à Karine Berger, qui l'a auditionné récemment. "Je suis prêt à dédicacer ce rapport à toute personne qui aura eu le courage de le lire en entier", dit-il en souriant encore une fois. A bon entendeur, salut!

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...