Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

NEWS ENTREPRISES

Le Parlement irlandais liquide Anglo Irish Bank

Les députés irlandais ont approuvé dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 février la liquidation de l'Anglo Irish Bank, nationalisée en 2009 après son spectaculaire effondrement pendant la crise financière à la suite de prêts immobiliers risqués. Les députés ont approuvé le projet de loi par 113 voix pour et 36 contre lors d'un vote au Dail (Parlement irlandais).

Les actifs de la banque vont être transférés à la NAMA, banque de défaisance créée par Dublin durant la crise financière pour délester les banques du pays de leurs actifs toxiques.

Le ministre des finances, Michael Noonan, a été contraint de présenter ce projet de loi au Parlement en urgence mercredi soir afin d'"assurer la stabilité" de la banque, officiellement rebaptisée Irish Bank Resolution Corporation (IRBC).

Le démantèlement d'Anglo Irish Bank a toutefois encore besoin de l'aval de la Banque centrale européenne (BCE). Le gouverneur de la banque centrale d'Irlande, Patrick Honohan, participait à une réunion mercredi au siège de la BCE à Francfort, avant une réunion officielle jeudi. Le gouvernement irlandais s'est dit persuadé qu'il trouverait un accord avec les responsables européens sur la question jeudi.

Le premier ministre irlandais Enda Kenny a, pour sa part, salué une étape importante "sur le chemin du retour à la prospérité et au plein emploi". "[La liquidation de l'Anglo Irish Bank] clôt un chapitre triste et tragique de notre économie et de notre histoire politique, a-t-il estimé. [Pour autant] il ne s'agit pas d'un remède miracle à tous nos problèmes économiques. Il faudra de nombreuses années pour corriger les dégâts provoqués par ces institutions économiques", a prévenu le chef du gouvernement.

L'établissement était devenu synonyme des pratiques de prêt inconsidérées qui ont coulé le secteur financier irlandais : en 2010, Anglo Irish Bank affichait une perte de 17,65 milliards d'euros. Trois des anciens dirigeants de l'établissement, dont l'ex-directeur général, passeront devant les tribunaux l'année prochaine pour répondre d'accusations de fraude. C'est à la suite de l'effondrement d'Anglo Irish que Dublin a été obligé de voler au secours de ses banques à la fin de 2008, au prix d'un énorme endettement qui a finalement contraint le pays à solliciter une aide internationale en 2011.

La banque a fusionné avec l'Irish Nationwide Building Society (INBS), aussi au cœur de la crise bancaire, et pris un nouveau nom, l'Irish Bank Resolution Corporation (IRBC), qui avait pour mission de liquider progressivement ses actifs sur une période d'environ dix ans. Cependant, l'établissement continue communément d'être désigné sous le nom d'Anglo Irish Bank.

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG a pris le contrôle d'IRBC, dont le conseil d'administration a démissionné mercredi après-midi sur ordre du gouvernement. Tous les contrats de travail à l'IRBC vont être rompus, mais une grande partie des effectifs pourraient être réengagés pour aider le liquidateur.

L'Irlande avait dû demander à la fin de 2010 une aide à l'Union européenne, à la BCE et au FMI. Ce plan de sauvetage prévoyait 85 milliards d'euros d'aides sur trois ans en échange de la mise en œuvre de douloureuses mesures d'austérité. Plus de 30 milliards d'euros ont été prévus pour renflouer Anglo Irish Bank et l'INBS. L'ancien président de l'Anglo Irish Bank Sean Fitzpatrick et deux autres anciens hauts responsables de l'établissement doivent être jugés en janvier 2014 pour de présumées malversations financières.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Crédit Suisse fait moins bien que prévu au 4e trimestre

Credit Suisse a annoncé jeudi un relèvement de ses objectifs de diminutions de coûts après avoir publié un bénéfice inférieur aux attentes au titre du quatrième trimestre.

La banque zurichoise a annoncé qu'elle diminuerait ses dépenses de 4,4 milliards de francs d'ici la fin 2015 au lieu des 4 milliards de francs annoncés précédemment.

Le bénéfice net est ressorti à 397 millions de francs au lieu des 645 millions prévus en moyenne par les analystes interrogés par Reuters.

Dans le métier de banque d'investissement, le bénéfice et le chiffre d'affaires ont chuté, tandis que l'activité tournée vers la clientèle est restée stable par rapport au troisième trimestre, à la fois dans les branches obligataires et actions, a dit la banque.

Parallèlement, le chiffre d'affaires et le bénéfice ont progressé dans la banque privée sur l'ensemble de l'exercice 2012.

La banque a par ailleurs annoncé compter 47.400 personnes dans ses effectifs fin décembre, soit 1.000 de moins qu'au troisième trimestre.

Credit Suisse versera un dividende annuel de 0,75 franc par action. Sur ce dividende, un versement de 0,10 franc sera effectué en numéraire et le restant sera payé en actions.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Une star de Goldman Sachs claque la porte

Jim O'Neill, inventeur de l'acronyme BRICS, a donné sa démission, lassé par les pratiques de rémunération de la «firme».

Une star de Goldman Sachs claque la porte: Jim O'Neill, 55 ans, l'inventeur, en 2001, du célèbre acronyme BRIC: Brésil, Russie, Inde, Chine. À l'époque, Jim O'Neill était l'économiste en chef de la banque d'affaires à New York. Il a donné un nom aux quatre pays émergents à la plus forte croissance, dont il a été le premier à prévoir l'ascension fulgurante.

Son succès mondial a propulsé sa carrière au sein de l'institution new-yorkaise, où il est devenu, en 2006, conseiller Europe de la banque, puis, en 2010, directeur de la gestion d'actifs, un poste créé sur mesure. Il était chargé de revitaliser cette branche de la banque -la gestion d'actifs pour compte de tiers-, qui a décliné avec la crise, et surtout de redorer l'image de la Goldman Sachs, écornée auprès des investisseurs.

À son poste, Jim O'Neill a brillé. Le volume d'actifs confié à la gestion de Goldman a stagné, mais les profits se sont envolés, rapportant à la banque 5,2 milliards de dollars en 2012, contre 4,93 milliards de dollars pour la banque d'affaires et les activités spéculatives. Fort de son succès, Jim O'Neill a insisté pour lier les rémunérations de ses équipes à leurs performances, afin de les aligner sur celles, faramineuses, des «golden boy» de la banque d'affaires, les protégés de Goldman.

Il n'a pas eu gain de cause, rapporte le Financial Times. C'est ce qui explique sa démission, effective depuis un mois, mais annoncée seulement cette semaine par Llyod Blankfein, le patron de Goldman. Après dix-huit ans chez Goldman, nul ne sait où va atterrir la «star» de Wall Street.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

La Matmut propose une appli d'assistance

Le groupe Matmut lance son application gratuite pour smartphone, Assistance Matmut, qui facilite la mise en relation avec les conseillers d'assistance pour une intervention plus rapide et efficace en cas d'urgence. Le numéro de sociétaire et les coordonnées de l'assistance sont mémorisés une fois pour toute par l'application, qui dispose aussi d'un service de géolocalisation et permet d'appeler directement les secours si besoin.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...