Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

NEWS ENTREPRISES

Libor : RBS prête à un accord avec les autorités britanniques et américaines

Royal Bank of Scotland, contrôlée par l'Etat britannique, a annoncé mercredi 6 février qu'elle s'attendait à payer des "pénalités significatives" et à se voir infliger d'autres sanctions, pour avoir manipulé le London Interbank Offered Rate (Libor).

"Bien que les accords [avec les autorités britanniques et américaines] doivent encore être approuvés, RBS s'attend à ce qu'ils incluent le paiement de pénalités significatives ainsi que certaines autres sanctions", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Selon la presse, l'amende de RBS pourrait s'élever à 500 millions de livres (environ 580 millions d'euros ou 785 millions de dollars). En plus de cette amende, les autorités américaines souhaitent pour leur part que la banque plaide coupable de malversations sur le plan pénal, mais la direction de RBS n'y est pas favorable, affirme le Wall Street Journal [sur abonnement].

Le patron de la branche de banque d'investissement du groupe, John Hourican, devrait en outre démissionner. RBS, dont les discussions avec les autorités britanniques et américaines sont dans leur "dernière phase", assure qu'elle informera le marché "rapidement".

PRIVATISATION EN VUE

Le ministre britannique des entreprises, Vince Cable, envisage la privatisation de l'établissement, rapporte notamment le Financial Times [sur abonnement].

L'affaire de la manipulation du taux interbancaire Libor avait éclaté à la fin de juin, lorsque la banque britannique Barclays avait révélé qu'elle allait payer 290 millions de livres pour mettre fin aux enquêtes des régulateurs britannique et américain.

La banque suisse UBS a été condamnée à la fin de décembre à une amende record de 1,5 milliard de dollars. D'autres établissements sont encore dans la ligne de mire des autorités.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

La facture des litiges enfle à nouveau pour Barclays

La banque britannique a passé un milliard de livres de provisions supplémentaires pour couvrir le coût de deux litiges liés à des ventes abusives

L'ardoise des risques juridiques continue à enfler pour Barclays. La banque britannique a annoncé une provision supplémentaire d'un milliard de livres (1,16 milliard d'euros) pour couvrir le coût des litiges auxquels elle est mêlée. Une communication qui intervient le lendemain de l'annonce du départ en retraite de Chris Lucas, directeur financier de Barclays, et de Mark Harding, son responsable juridique.

Concernant la vente abusive de contrats d'assurance-emprunteur (les «PPI»), Barclays a mis de côté 600 millions de livres, ce qui porte le total des provisions affecté à ce risque à 2,6 milliards depuis le mois de mai 2011. Sur cette somme, «1,6 milliard de livres auront déjà été utilisés au 31 décembre 2012», précise l'établissement dans un communiqué.

Ce scandale a déjà coûté environ 12 milliards de livres en remboursements et dédommagements au secteur bancaire britannique. L'autre volet concerne la mévente de produits de couverture – en l'occurrence des swaps de taux – à des entreprises. Barclays a provisionné 400 millions de livres, portant le montant total des provisions sur ce dossier à 850 millions.

De plus amples détails seront communiqués à la publication de ses résultats le 12 février prochain. Le sujet des litiges sera au centre des préoccupations des observateurs ce jour-là. Les investisseurs, mais aussi les autorités britanniques, émettent de sérieux doutes quant à la capacité de Barclays et de ses homologues à évaluer correctement l'ampleur des coûts relatifs aux nombreux scandales qui remettent en cause la probité du secteur outre-Manche. Ce d'autant plus que les affaires s'enchaînent: Barclays est également l'un des premiers établissements impliqués dans le scandale international de la manipulation du taux interbancaire Libor. La banque est également confrontée à l'accusation de manipulation du marché de l'énergie aux Etats-Unis et à des doutes sur la légalité de la montée à son capital du fonds souverain du Qatar lors de sa recapitalisation en 2008.

L'annonce d'hier est d'ailleurs intervenue le jour de l'audition du nouveau directeur général de Barclays Antony Jenkins et du président David Walker devant une commission d'enquête parlementaire sur les normes bancaires. Cette enquête a été lancée suite à la condamnation du groupe en juin à une amende de 450 millions de dollars dans le scandale du Libor.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...