Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

Espagne, Irlande et Portugal en très nets progrès selon S&P

L’agence de notation Standard & Poor’s attribue un satisfecit aux pays les plus endettés de la zone euro qui «se rééquilibrent rapidement», grâce notamment à un redémarrage de leurs exportations.

C’est par eux que la crise financière de la zone euro avait éclaté en 2009, et ils se portent aujourd’hui beaucoup mieux. En tout cas ils ont nettement amélioré leur position compétitive externe. L’agence S&P adresse des louanges aux cinq pays les plus endettés de l’Euroland, l’Espagne, l’Estonie, la Grèce, l’Irlande et le Portugal.

«Ils sont en train de rééquilibrer plus rapidement leurs économies que nous l’avions anticipé», affirme l’agence de notation, dans son étude annuelle sur le rééquilibrage des pays de la périphérie de l’Union monétaire.

Mieux, «à l’exception notable de la Grèce, ce sont les exportations qui mènent cet ajustement, alors que les coûts unitaires de production reviennent à des niveaux plus compétitifs», estime Frank Gill, l’analyste qui a dirigé les travaux.

L’Irlande affiche une performance qualifiée d’«exceptionnelle»

De façon fort significative S&P met de côté les problèmes de finances publiques pour s’intéresser exclusivement aux problèmes de compétitivité, qui tout particulièrement dans une union monétaire sont essentiels. L’étude prend en compte quatre critères: l’amélioration de la balance des paiements, la progression des exportations par rapport à 2008, l’évolution des coûts salariaux, et également les investissements étrangers dans le pays qui expriment son attractivité.

Au total l’Irlande affiche une performance qualifiée d’«exceptionnelle», et dans une moindre mesure l’Estonie. Ces deux pays sont salués pour «la flexibilité et l’ouverture de leurs économies». Les Irlandais, qui ont réalisé les plus gros sacrifices salariaux, ont non seulement des exportations en forte progression, mais ils sont aidés par des investissements étrangers importants, dans les technologies de l’information et aussi dans le secteur bancaire.

L’Espagne bénéficie d’un redémarrage rapide «de ses exportations de biens et services, supérieures de 19% à leur niveau de 2008». Ainsi, «pour la première fois depuis 14 ans, le pays enregistre un excèdent de sa balance mensuelle des paiements courants». En matière de coûts salariaux, leur réduction traduit la montée du chômage bien plus que la baisse des salaires nominaux proprement dits, tempère S&P.

La Grèce reste à la traîne

Le Portugal se caractérise quant à lui par un redéploiement des ses exportations à l’extérieur de la zone euro, sur «des destinations telles que la Chine, le Brésil, l’Angola, le Mozambique et les États-Unis». Au total ses ventes à l’étranger devraient avoir progressé de 40% en 2013 par rapport à 2008.

La Grèce reste encore à la traîne, malgré une baisse de 9% en 2012 de ses coûts salariaux. L’amélioration de ses comptes extérieurs traduit plus une contraction de ses importations qu’une augmentation de ses exportations.

Pour l’ensemble des cinq pays, qui sur les marchés financiers avaient donné lieu à l’acronyme insultant de Pigs (cochons en anglais, pour Portugal, Ireland, Greece et Spain), le rééquilibrage de l’économie vis à vis de l’extérieur devrait être le gage de «perspectives de croissance» meilleures.

En clair les remèdes à l’huile de foie de morue portent leur fruit. L’agence de notation reste toutefois prudente, mettant l’accent sur deux inconvénients majeurs. D’une part «les taux de chômage élevés - juste en dessous de 27% en Espagne, 16% au Portugal, 15% en Irlande - constituent une menace à la cohésion de l’Europe». Par ailleurs la croissance des exportations est de bon aloi, mais elle comporte un aspect pervers dans la mesure où l’export ne contribue pas à améliorer les comptes publics (les exportations sont exemptes de TVA).

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...