Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

La loi de Finances enterre le dispositif de stock-options

Malgré la censure partielle du Conseil constitutionnel, le nouveau régime d’imposition des plus-values d’acquisitions des stock-options et des actions gratuites enlève pratiquement tout intérêt à ce dispositif

La loi de Finances pour 2013 a instauré un nouveau régime d'imposition des gains de levée d'options ou d'acquisition d'actions gratuites.

Imposition au barème de l'IR.

Pour toute nouvelle attribution effectuée à compter du 28 septembre 2012 - date de présentation du projet de loi de Finances en Conseil des ministres -, l'imposition de la plus-value d'acquisition se fera selon les règles de droit commun des traitements et salaires quelle que soit la durée de détention.

L'imposition forfaitaire de 18 % ou 30 % (en cas de non-respect du délai de conservation) jusqu'à 152.000 euros et de 30 ou 41 % au-delà, qui s'appliquait jusqu'à présent, est donc remplacée par une imposition au barème de l'impôt sur le revenu (IR), dont la tranche marginale est de 45 % au-delà de 150.000 euros par part. Cette imposition est applicable quelle que soit la durée de conservation des options ou des stock-options.

Conséquence sociale de ce nouveau régime d'imposition : sur le plan social, ces avantages sont désormais assujettis aux prélèvements sociaux sur les revenus d'activité et non plus sur les revenus du capital, soit un taux de 8 %, contre 15,5 % auparavant. La contribution sociale généralisée (CSG) étant déductible à hauteur de 5,1 %, le taux réel de prélèvements sociaux ressort ainsi à 5,5 %.

Censure sur la contribution salariale.

Le rapporteur de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Christian Eckert, souhaitaitcompenser cette différence de taux entre les deux CSG par une majoration du taux de la contribution salariale spécifique de 10 à 17,5 %, et même à 22,5 % en cas de non-respect de la période d'indisponibilité de quatre ans. Il avait ainsi fait adopter un amendement en ce sens. Ce choix aurait eu pour conséquence de porter à 72 % ou 77 %, selon la durée de détention, l'imposition marginale de ces gains et avantages.

Jugeant que « ces nouveaux niveaux d'imposition, qui faisaient peser sur les contribuables concernés une charge excessive au regard de leur faculté contributive étaient contraires à l'égalité devant les charges publiques », le Conseil constitutionnel a censuré la mesure. Plus précisément, la censure a porté sur les nouveaux taux de la contribution salariale prévue par l'article L. 137-14 du Code de la Sécurité sociale, ramenant la taxation marginale maximale de ces gains et avantages à 64,5 %.

Schéma conforté pour les vieux plans.

Stéphane Jacquin, directeur de l'ingénierie patrimoniale de Lazard Frères Gestion, estime pour sa part que « malgré la censure du Conseil et la possibilité d'imputer l'éventuelle moins-value de cession sur les gains de levée ou d'acquisition, ces dispositifs ne présentent plus d'intérêt sur le plan patrimonial ». Finalement, seuls les vieux plans de stock-options attribués avant le 20 juin 2007 demeurent intéressants. Pour ces derniers, il est en effet encore possible d'utiliser le schéma de donation avant cession, permettant de gommer toute plus-value. Mais encore faut-il que les plans concernés soient dans la monnaie, c'est-à-dire en plus-values, pour que l'opération soit valable.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...