Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

NEWS MARCHE

L'économie italienne dans le rouge

En ce début de campagne électorale, où fleurissent les promesses les plus démagogiques, la dure réalité économique vient rattraper les Italiens. La consommation est en chute libre, l'inflation est de retour et la Péninsule enregistre un nombre record de faillites.

La production industrielle a connu un mois de novembre désastreux avec une contraction de 7,6 % sur douze mois. C'est le pire résultat en Europe. Selon le quotidien Il Sole 24 Ore, la légère reprise de décembre (+ 0,4 %) ne suffira pas à relancer l'industrie, dans le rouge depuis un an et demi.

Les sept grandes réformes engagées l'an dernier par le gouvernement de Mario Monti, des retraites à l'emploi, à la simplification administrative et fiscale et au contrôle des dépenses publiques, devraient faire croître le PIB de 4 % en dix ans. Encore faut-il leur laisser le temps d'entrer en vigueur. Si 80 % des décrets d'application ont déjà été publiés, 246 restent dans les cartons et 94 risquent de passer à la trappe avant les élections des 24 et 25 février.

Le retour de la confiance sur les marchés a permis de réduire le taux d'emprunt à dix ans de l'Italie de 6,5 % à 4 % en un an. L'écart avec le taux d'emprunt allemand s'est réduit de près de 3 % depuis la chute du gouvernement Berlusconi. Mais la transmission de réduction de taux de marché aux entreprises et aux ménages reste bloquée par les banques commerciales en quête de fonds propres.

Crédit aux PME rare et cher

Les prêts immobiliers s'élèvent au taux de 4,05 % à quinze ans contre 3,35 % en moyenne dans la zone euro. Les PME se disent étranglées par le coût et la rareté de crédit. Le couturier Giorgio Armani, icône du «made in Italy», s'en est ému lui-même. En marge des défilés de mode à Milan, il a exhorté le futur gouvernement à voler au secours des myriades d'ateliers de mode et de textile en grande difficulté. «Le secteur exporte 40 milliards d'euros par an. Ne pas le faire serait suicidaire», a-t-il insisté. Dans un pays pénalisé par un plan de rigueur historique, l'exportation apparaît comme la seule bouée de sauvetage pour la croissance italienne. Mais «la contribution positive des exportations à la croissance ne suffira pas à compenser la contraction de la demande privée et de l'investissement», estime Fabio Fois, de Barclays Capital. «L'Italie a besoin d'une dévaluation interne pour doper son potentiel de croissance. La mise en place des réformes structurelles est la meilleure façon d'y parvenir», ajoute-t-il.

La croissance italienne aurait chuté de plus de 2 % en 2012. Au quatrième trimestre, le PIB serait en recul de 0,7 % à 0,8 %. Le ministre italien de l'Économie table sur une reprise au second semestre de l'année.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

L'économie allemande tourne au ralenti

Les économistes tablent sur une relance de l'économie allemande en début d'année. Le gouvernement devrait toutefois revoir à la baisse ses prévisions pour 2013.

L'Allemagne a finalement été rattrapée par la crise de la dette en zone euro. D'après les chiffres provisoires annoncés ce mardi par l'office fédéral des statistiques Destatis, le PIB outre-Rhin s'est contracté plus fortement que prévu au quatrième trimestre 2012, avec un recul de 0,5%. La pente a été descendante tout au long de l'année pour l'économie allemande, avec une croissance de 0,5% au premier trimestre, de 0,3% au deuxième, de 0,2% au troisième.

Résultat: le PIB, sur l'ensemble de l'année dernière, affiche une progression de 0,7% alors que le gouvernement allemand attendait dans sa dernière prévision une hausse 0,8%. L'Allemagne est bien loin de la croissance enregistrée en 2010 (+4,2%, niveau sans précédent depuis la réunification) et 2011 (+3%). «Au cours des deux années précédentes, la croissance du PIB a été beaucoup plus forte mais cette évolution avait été le fait d'un phénomène de rattrapage après la crise économique mondiale de 2009», tient à préciser l'Office fédéral de la statistique.

Les investissements ralentissent

L'Allemagne a commencé à afficher des signes de faiblesses au second semestre 2012. Le coup de frein a eu lieu en novembre avec un excédent commercial qui s'est contracté davantage que prévu en raison d'un fléchissement inattendu des exportations en novembre (-3,4%) et des commandes à l'industrie qui sont reparties à la baisse ce même mois (-1,8%). Sur l'ensemble de l'année, les exportations ont grimpé de 4,1% en 2012, à comparer à une hausse de 2,3% des importations, et la consommation privée a progressé de 0,8%. L'investissement dans les biens d'équipements a, lui, reculé de 4,4% et de 1,1% dans la construction.

Un élément positif: pour la première fois depuis 2007, le budget est revenu à l'équilibre en 2012, enregistrant un excédent de 0,1% après un déficit de 0,8% l'année précédente et de 4,1% en 2010. Dans le contexte actuel de récession en zone euro, «la performance de l'économie allemande a été remarquable», souligne Andreas Rees, économiste chez UniCredit.

Perspectives revues à la baisse pour 2013

Les économistes tablent sur une relance de l'économie allemande en début d'année, ce qui lui permettra d'éviter une récession technique (deux mois d'affilée de recul du PIB). Les indicateurs récents sont plus rassurants: le secteur privé a renoué avec la croissance en décembre pour la première fois en huit mois et le climat des affaires continue de s'améliorer. «L'économie allemande n'est peut-être plus le paradis qu'elle a été dernièrement mais elle reste néanmoins un îlot de croissance dans l'océan de récession qui a submergé la zone euro», souligne Carsten Brzeski, économiste chez ING.

Le gouvernement allemand ne semble pas partager cet optimisme. D'après le Handelsblatt , il s'apprête même à réduire de moitié, à 0,5%, sa prévision de croissance pour 2013. Un responsable du ministère de l'Economie a déjà annoncé que Berlin tablait sur une croissance de 0,4% cette année puis sur un PIB en hausse de 1,6% en 2014. En fin d'année dernière, le ministre des Finances Wolfgang Schäuble évoquait sobrement un rythme de croissance «convenable» en 2013.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Crises bancaires : une proposition européenne avant l'été

La Commission européenne fera "avant l'été" une proposition législative pour mettre en place un mécanisme commun de résolution des crise bancaires, a annoncé mardi 15 janvier son président, José Manuel Barroso.

M. Barroso, qui s'exprimait devant le Parlement européen à Strasbourg, a salué le compromis trouvé en décembre entre ministres des finances européens sur la mise en place d'un mécanisme commun de supervision bancaire pour la zone euro et les autres pays de l'Union européenne (UE) qui souhaitent y participer.

Les discussions sur ce texte sont en cours avec le Parlement, et "j'espère que la dernière étape de son adoption est une question de semaine, non de mois", a-t-il dit. "A la suite de l'adoption du mécanisme de supervision unique, la Commission fera une proposition législative pour un mécanisme unique de résolution pour le secteur bancaire avant l'été. Je considère cela comme une priorité absolue", a déclaré M. Barroso.

PLUSIEURS ÉTAPES

La Commission a déjà proposé en juin 2012 un plan de gestion des crises pour éviter dans la mesure du possible les faillites de banques et pour que les sauvetages bancaires soient financés par les créanciers et actionnaires plutôt que les contribuables. Mais ce plan n'est qu'une première étape car il doit être mis en œuvre par chaque Etat.

La création d'un mécanisme européen unique doit donc permettre d'aller plus loin. Le commissaire européen chargé du marché intérieur et des services financiers Michel Barnier a indiqué la semaine dernière qu'il espérait voir la législation sur la résolution bancaire au niveau national adoptée "sous la présidence irlandaise", soit d'ici à la fin juin.

Il espère que sera adoptée dans les mêmes délais une autre proposition de la Commission, qui prévoit la mise en place par les Etats de fonds de garanties des dépôts bancaires. Là encore, il s'agit d'une étape avant que la Commission ne fasse une proposition allant plus loin, avec un fonds de garantie européen unique.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...