Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

NEWS ENTREPRISES

Libor : un patron d'UBS fait amende honorable

Le secteur bancaire "doit changer". Le patron de la banque d'investissement d'UBS, qui vient d'être lourdement condamnée dans le scandale du Libor, a reconnu mercredi que ce secteur devait encore supprimer certains éléments "négatifs" de sa culture – ce que la banque s'attelle d'ores et déjà à faire, a-t-il souligné.

Devant la commission parlementaire britannique, mise en place l'été dernier après l'éclatement de l'affaire du London Interbank Offered Rate (Libor), Andrea Orcel a fait amende honorable : "Nous avons tous été probablement trop arrogants, trop convaincus que les choses étaient correctes telles qu'elles étaient."

"NOUS AVONS ENCORE BEAUCOUP À FAIRE"

"UBS, comme d'autres groupes, n'avait pas une culture uniforme, car au cours de la dernière décennie, elle s'est développée, a embauché dans de multiples groupes, a acheté" des sociétés, a rappelé M. Orcel, qui est à la tête de la branche banque d'investissement depuis le mois de novembre.

Face à ce changement de paysage, le patron d'UBS a assuré que la direction était "focalisée sur le rétablissement de l'honneur et de la réputation que le groupe avait dans le passé". "Je suis convaincu que nous avons fait beaucoup de progrès" mais "je suis aussi convaincu que nous avons encore beaucoup à faire", a-t-il admis.

La banque suisse a été condamnée à la fin de décembre à payer une amende record de 1,5 milliard de dollars aux autorités britannique et américaine pour avoir manipulé le taux interbancaire Libor. Le scandale avait éclaté à la fin de juin lorsque la banque britannique Barclays avait révélé qu'elle allait payer 290 millions de livres pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britannique et américain sur des manipulations du Libor et de son équivalent européen, Euribor (Euro Interbank Offered Rate).

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

La « baleine » de JPMorgan menace le bonus du patron

JPMorgan cherche à établir les responsabilités après la perte de 6,2 milliards de dollars liée à des positions sur les marchés tellement énormes que l'opérateur en charge fut baptisé «la baleine de Londres».

Voilà une chasse à la baleine à laquelle Brigitte Bardot ne trouvera rien à redire. JPMorgan cherche, en effet, à établir les responsabilités après la perte de 6,2 milliards de dollars liée à des positions sur les marchés tellement énormes que l'opérateur en charge fut baptisé «la baleine de Londres». Le conseil d'administration de la banque américaine se verra remettre mardi un rapport harponnant certains de ses hauts dirigeants, y compris, selon le Wall Street Journal, le «big boss», Jamie Dimon. Dès lors, alors même que JPMorgan s'achemine vers un profit record en 2012, cette huile de Wall Street risque de voir son bonus en souffrir. Tout le monde n'est pas Jonas qui a pu sortir indemne d'une confrontation avec un cétacé. Mais le patron de banque le mieux payé des États-Unis a quelques réserves dans son bas de laine. En 2011, Jamie Dimon s'était vu attribuer une rémunération globale de 23,1 millions de dollars.

Entre laxisme, mauvais jugement et contrôle des risques déficients, la plongée en profondeur opérée par JPMorgan a mis en lumière l'ensemble des erreurs qui ont conduit au désastre. La gestion de la crise est également dénoncée. Certains cadres «ont agi comme des enfants», a reconnu Jamie Dimon.

L'affaire avait provoqué, l'an dernier, le départ de plusieurs responsables, y compris celui d'Ina Drew, une proche du directeur général, qui avait la haute main sur le placement de la trésorerie gérée par le géant bancaire. Les positions incriminées avaient été prises par Bruno Iksil, un trader français, de son département situé à Londres. En voilà un qui ne doit pas rire comme une baleine.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...