Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

Les médecins du travail au chevet des managers

Éloignés de la réalité du terrain par le poids grandissant des procédures, les encadrants souffrent et font souffrir leurs équipes.

Ils souffrent, car ils sont pris entre le marteau et l'enclume, entre les exigences de productivité et les contraintes opérationnelles que rencontrent leurs équipes sur le terrain. «Ils», ce sont les managers, ou plus exactement les encadrants, selon la terminologie utilisée par les spécialistes de la santé au travail réunis à Lille pour le 33e Congrès national de santé au travail (du 3 au 6 juin).

«Mais attention, la pression et le stress sont inhérents au travail, précise le Pr Paul Frimat, professeur de médecine du travail à la faculté de médecine de Lille. Ce sont les conditions pour les supporter qui ont changé, notamment la disparition du collectif qui permettait de les amortir.» L'individualisme rendrait le travail moins supportable.

S'y ajoutent l'insécurité et la peur de ne pas être à la hauteur. Car atteindre une position de manager n'est plus, comme c'était le cas autrefois, synonyme de stabilité. Les cadres travaillent désormais avec l'angoisse, décrite par le sociologue Alain Erhenberg dès les années 1990, de ne pas être suffisamment performants.

Le bilan de santé des encadrants n'est pas rassurant. Dans une étude menée sur près de 300 cadres de santé de cinq hôpitaux de l'est de la France, dont quatre CHU, «un tiers des cadres présentaient un état dépressif», remarque le Dr Nathalie Nourry, médecin du travail et enseignante à l'université de Strasbourg. Les dirigeants d'entreprise souffrent tout autant, selon une étude réalisée en Belgique francophone en 2012 par l'équipe d'Isabelle Hansez, professeur de psychologie du travail à l'université de Liège, et le Pr Philippe Mairiaux, de la faculté de médecine de Liège. «La principale cause de stress est la charge de travail (46 %), suivie par les charges administratives (43 %), les problèmes de trésorerie et d'impayés (36 % et 35 %) et la gestion du personnel (34 %)», expliquait l'étude.

«Équation du mal-être»

Il est vrai que l'on oublie souvent la formidable charge de travail à laquelle les chefs d'entreprise font face. Dans l'enquête de l'université de Liège, 37 % déclaraient travailler plus de 60 heures par semaine et 42 % plus de 10 heures par jour. Seulement trois sur dix s'autorisaient un jour de repos par semaine.

Aux niveaux intermédiaires, les managers se trouvent tiraillés entre les exigences nouvelles de leur fonction. Une grande partie de leur temps étant occupée par des activités de reporting vers leur hiérarchie, et la participation à des groupes de projets divers mobilisant l'entreprise. Le tout, au détriment de la proximité avec leur équipe. «On constate un divorce surprenant entre l'activité managériale et le travail opérationnel», explique Matthieu Detchessahar, professeur en sciences de gestion à l'Institut d'administration des entreprises de Nantes.

Un divorce qui n'est pas sans conséquence sur la santé des employés. Dans la trentaine d'entreprises où le Pr Detchessahar est intervenu, de la banque à l'industrie en passant par l'hôpital, il note l'émergence d'une «équation du mal-être», surprenante mais commune aux différentes structures. En effet, pour lui, «les équipes ne souffrent pas d'un excès de management, elles souffrent d'une absence de management de proximité» !

Car lorsque les managers sont «aspirés par des forces centrifuges en dehors de la sphère du travail opérationnel, ajoute-t-il, ils ne sont plus aux côtés de leurs équipes pour les aider à répondre aux injections paradoxales du travail». Or, une enquête menée par les Prs Isabelle Hansez et Pierre Firket, de la Clinique du stress et du travail de Liège, sur 1 089 personnes consultant pour un épuisement professionnel montre que, pour 63 % d'entre elles, la première cause de souffrance au travail vient du «manque de soutien de la hiérarchie», loin devant le «manque de reconnaissance».

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...