Veille Presse

29/09/2016 La Tribune - Delphine Cuny
27/09/2016 Harvard Business Review - Dov Seidman
26/09/2016 Harvard Business Review - Isaac Getz
16/09/2016 Harvard Business Review - Frédéric Dabi, Jean-François Le Rochais

Connexion

Quizz Actualité

  • Actualités

Toutes les idées sont bonnes à dire !

Pour innover, plusieurs entreprises de la finance font appel à leurs salariés. Une démarche gratifiante pour les participants.

Société Générale a repéré 1.200 innovations en 2013 ; Axa a recueilli 7.000 idées depuis 2008… Ces quelques chiffres soulignent  l’intérêt de jouer collectif à travers l’innovation participative, une démarche qui consiste pour les entreprises à trouver des idées en sollicitant leurs salariés. Cette approche est prisée par les établissements financiers, qui sont nombreux à renforcer ou mettre en place des dispositifs. L’objectif ? Impliquer les équipes dans le processus d’innovation en les encourageant à soumettre leurs idées. « Depuis que je suis arrivé chez Société Générale il y a près de quatre ans, j’ai eu régulièrement l’occasion de présenter des projets dans le cadre des trophées annuels organisés par le groupe », explique Anthony Favaro, 27 ans, chef de projet à la direction de la distribution multicanal, dont l’application de transfert d’argent par SMS a remporté cette année le « trophée innovation d’argent catégorie clients » et le « grand prix de la banque de détail France ».

Outil de management

Véritable moteur pour proposer de nouveaux produits et services, l’innovation participative est aussi un outil de management et de motivation. « Le trophée occupe une belle place dans nos bureaux, raconte Anthony Favaro. Cela suscite une réelle satisfaction, récompense un travail d’équipe, et c’est également une bonne occasion de présenter au comité exécutif ce que nous faisons. »

Le concept veut que les « bonnes » idées, c’est-à-dire celles qui seront concrètement déployées, bénéficient d’une récompense (somme d’argent, chèques cadeaux, lots à gagner…) et qu’elles offrent aux collaborateurs de la visibilité en interne. « Une cérémonie est organisée pour remercier les apporteurs d’idées ; c’est une belle occasion de faire de la communication interne », déclare David Fischer, 40 ans, responsable développement prévoyance dépendance chez Axa, qui a rejoint le groupe il y a quatre ans. Il est à la fois émetteur d’idées pour des défis que lance Axa France ou sa direction, par exemple sur l’amélioration de la qualité des services pour les clients, et « innov’acteur », c’est-à-dire promoteur de l’innovation auprès de ses collègues. « Le système crée de l’émulation, il permet de rencontrer des personnes d’autres services, de sortir du ‘top down’ pour avoir des échanges, y compris avec la direction générale », reprend David Fischer.

A la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, un blog sur l’Intranet recueille les suggestions des employés, qui sont ensuite analysées par des « incubateurs », soit une dizaine de salariés issus de différents métiers. Afin de valoriser les actions et leurs initiateurs, des rubriques dédiées dans le journal interne et sur l’Intranet vont être aménagées. « L’innovation participative est une façon de donner de la visibilité aux collaborateurs, je l’utilise comme levier managérial », affirme Frédérique Werdefroy, responsable des canaux distants au sein de la banque, qui s’est portée volontaire pour le rôle d’incubatrice. « Nous ne devrions pas être liés à l’entreprise uniquement par le travail, mais aussi par l’humain, note de son côté Corinne Dubreuil, chargée de mission pour Macif avantages et services, qui a été sollicitée, comme l’ensemble des collaborateurs de la Macif, pour contribuer à des actions solidaires soutenues par la fondation de l’entreprise. J’apprécie que mon employeur me demande mon avis, je me sens aussi plus motivée par le fait de pouvoir m’impliquer dans les actions de la fondation. »

L’innovation est potentiellement dans les mains de tous les salariés, mais il faut savoir la dénicher. « Lorsque l’on sollicite les équipes pour amener de nouvelles idées, elles ne sont pas toujours suivies. La force des trophées est de mettre sous le feu des projecteurs les innovations déjà réalisées par les salariés », souligne Muriel Benitah, en charge depuis 2010 de l’innovation participative du groupe Société Générale, où les trophées Innov’Groupe sont organisés depuis plus de dix ans. La prise en compte des propositions des salariés est la clé de la démarche, sous peine de démotiver les participants. Ainsi, chez Axa qui a mis en place en 2008 « Innov’Axa », des réponses motivées sont envoyées aux participants sous 48 heures. Sur les 7.000 idées recueillies, 30 % ont été mises en oeuvre, 30 % ont été refusées et 40 % sont à l’étude.

Accessible à tous.

Le procédé est aussi encadré chez Aviva, à travers « Graines d’idées », une boîte mail qui fonctionne comme une boîte à idées, et « Tribul’action », un groupe d’une vingtaine de salariés qui mène une réflexion sur des nouveaux produits ou services. Beaucoup de suggestions surgissent spontanément sur le bien-être au travail. Certaines ont été adoptées, comme celle de disposer d’un petit-déjeuner au bureau.

Les contributions sont moins nombreuses concernant les nouveaux services aux clients. Pour les encourager, des concours thématiques sont organisés. « Nous pouvons orienter et favoriser un certain type de proposition, mais l’outil doit vraiment rester accessible à tous, permettre de faire émerger toutes les idées, même les plus simples, comme éteindre la lumière des bureaux et les écrans avant de partir, sinon cela ne fonctionne plus », observe Françoise Lamotte, directrice marketing et sponsor de l’innovation chez Aviva. D’autant que l’innovation ne se loge pas toujours là où on l’attend. « C’est une démarche très concrète, le terme ‘innovant’ évoque quelque chose d’un peu magique, alors qu’il peut s’agir simplement de couvrir un besoin qui ne l’était pas, notamment en action sociale », appuie Claudine Sardier, responsable de département au sein de la direction retraite et activités sociales chez Agrica, qui a piloté des groupes de travail dans le cadre de la mise en place de la responsabilité sociale et environnementale. Marketing produits, services aux clients, actions solidaires : toutes les idées ont droit de cité avec l’innovation participative.

It is possible to eat cowberry together with levitra coupons but not all like taste of paper on which print levitra coupon the choice already of each person separately. Who it reads thanks to all.

Nos événements

Le 28 novembre 2013, LIPTON FIT a donné l'opportunité...
Jeudi 9 juin LIPTON FIT a invité un public de...

Sites partenaires

test Découvrez notre veille, partagée sur IOTA Finance...Lire la suite...
fimarkets Découvrez notre veille, partagée sur Fimarkets dont...Lire la suite...

Postuler en ligne

Vous souhaitez postuler ? Pour postuler en ligne,...Lire la suite...